Jeux de société, jeux vidéo, jeux d’apprentissage… De nombreuses solutions existent pour permettre aux personnes déficientes visuelles d’accorder au jeu une place dans leur vie quotidienne. Petit tour de la question.

Tout petit, on se construit grâce aux jeux. On forge son imagination ou sa perception de l’espace en empilant, en imitant, en transvasant. Plus grand, le jeu est un vecteur d’intégration, qu’il soit sportif ou cérébral. Les plus âgés jouent également, musclant leur mémoire, passant le temps. Être privé de la vue ne signifie par être privé de jeux. En effet, de nombreux jeux sont adaptés pour les personnes déficientes visuelles, tout en leur laissant une grande part d’autonomie, sans que l’effort de concentration ne prenne le pas sur le plaisir.

 

joueur-aveugle-jeux-video

 

Développer ses autres sens

Toucher, entendre, sentir, voilà autant de sens que les jeux permettent de développer. Les dominos, le Monopoly, le loto, les puzzles peuvent être déclinés en version tactile. Les balles sensorielles, plébiscitées par la pédagogie Montessori, conviennent également parfaitement aux bébés déficients visuels pour les encourager à l’exploration tactile. Par le son, le jeu est également possible : on peut développer son ouïe grâce aux instruments à percussion, ou remplacer la vue par une écoute attentive, par exemple en empilant des formes qui diffusent un son spécifique. L’odorat peut également servir à apparier des objets. Le site Hoptoys.fr propose ainsi de nombreux jeux adaptés pour les enfants déficients visuels (ou atteints d’autres handicaps), jeux sonores, tactiles ou avec une préhension facile.

S’adapter aux nouvelles technologies

Mais les jeux ne sont pas réservés aux enfants ! Les jeux vidéos se sont également mis à la page, et de plus en plus d’offres s’adressent aux personnes déficientes visuelles. Par exemple, A Blind Legend est un jeu sur smartphone où l’on tient le rôle d’un chevalier non-voyant qui doit accomplir une quête. Premier jeu d’aventures sans image, la seule manière d’avancer est de se fier à son ouïe, et l’on se dirige grâce aux sons de ses écouteurs. Julien, 31 ans, mal-voyant de naissance, a quant à lui décidé de s’adapter aux jeux vidéos traditionnels : s’il ne voit pas certains détails, la patience et l’habitude lui ont permis de développer des réflexes qui lui permettent de jouer aussi bien, si ce n’est mieux, que des personnes voyantes. S’il ne s’interdit aucun jeu, il attend avec impatience de confronter son handicap aux casques de réalité virtuelle ! Moins futuriste, ODIMO est une console qui a été conçue particulièrement pour les personnes âgées atteintes de DMLA. Elle s’appuie sur la technologie de la reconnaissance vocale et permet de continuer à jouer aux mots croisés, sudoku et autres batailles navales, pour ne jamais perdre cet amour du jeu, peu importe son âge.

Partager avant tout

Le jeu étant avant tout un moment convivial, le but des jeux destinés aux personnes déficientes visuelles est de ne pas en faire des outils discriminants. Ainsi, jouer entre non-voyants et voyants devient possible. C’est l’ambition de l’association Accessijeux qui adapte des jeux de société pour les personnes déficientes visuelles. L’association vend également de nombreux jeux, par exemple un jeu d’échec qui propose des cases blanches et noires de différentes hauteurs, afin de pouvoir aisément les différencier pour un nonvoyant, sans que cela empêche un voyant d’y jouer également. L’association marque aussi les jeux de cartes en braille, ce qui évite aux personnes déficientes visuelles de demander de l’aide, et même de dévoiler leur jeu. Les jeux adaptés permettent ainsi de rompre l’isolement tout en conservant une réelle autonomie. Et chacun a les cartes en mains pour tirer son épingle du jeu !

QUELQUES ASTUCES POUR ADAPTER DES JEUX :

• Aimanter les pièces d’un jeu pour ne pas tout désorganiser.

• Marquer les contours des jeux en collant des objets comme des piques à brochettes.

• Coller des stickers en relief pour différencier des cartes (une forme = un chiffre ou une couleur).

• Récupérer dans des magasins de bricolage des chutes de papier peint ou de moquette pour donner différentes textures à un plateau.

 

 

Par Marine Lasserre